Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Actualités
COM
Nouvelle Calédonie
Polynésie Française
Saint Pierre et Miquelon
Wallis et Futuna
Contact
Adhérer au SNALC
Détachés
CANOPE
CNED
Ecoles Militaires
Etranger
AEFE
Expatriés
Recrutés locaux
Résidents
Autres pays
Andorre
Monaco
Autres réseaux
Ecoles Européennes
MEAE
Mission Laïque
Outremer
DOM
Guadeloupe
Guyane
Martinique
Publications
Nos articles

Égypte : récit d’un hommage en demi-teinte

© camaralenta

Alerté par plusieurs collègues du lycée français du CAIRE, le SNALC s’interroge sur la pertinence de la date retenue pour rendre hommage à Samuel PATY. Nous attirons votre attention sur le fait que l’établissement organise un tel évènement commémoratif, en hommage au professeur décapité, le jour d’une grève s’annonçant très suivie par les personnels. Sur EDUSCOL, les dates proposées étaient les suivantes : le vendredi 14 octobre (or à cette date, les établissements scolaires sont fermés en Egypte) et le lundi 17 octobre. Pour donner suite aux interrogations légitimes des personnels sur le choix malencontreux de la date, le SNALC alerte le Directeur des Ressources Humaines de l’AEFE à ce sujet et réclame des éclaircissements.

Voici la réponse donnée au SNALC :

« Ce qui semble poser problème, c’est le choix de la date car vous prenez pour référence Eduscol (vendredi 14 ou lundi 17) uniquement et émettant une supposition : « les établissements de l’AEFE disposant sans doute d’une marge de manœuvre plus importante ». C’est le cas et cette marge apparaît dans la note envoyée vers les chefs d’établissement qui offre davantage de souplesse car elle spécifie que « Les établissements du réseau d’enseignement français sont invités à s’associer à ce moment de recueillement lundi 17 octobre (la date pouvant être adaptée selon les calendriers scolaires locaux). L’hommage a été préparé avec le poste diplomatique et effectivement il manque des échanges avec les collègues :
3 temps étaient imposés :
– Le regroupement des personnels et des élèves du CVC et CVL
– L’observance de la minute de silence
– Envisager un travail avec les élèves pour construire l’esprit critique
C’est sur ce troisième point qui enracine les valeurs et principes de l’Ecole qu’un échange aurait pu être envisagé. Mais à la décharge de nos collègues, les informations de la direction ont été tardives avec un calendrier très précis. »

Chacun en tirera les conclusions qui s’imposent.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi