Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Actualités
COM
Nouvelle Calédonie
Polynésie Française
Saint Pierre et Miquelon
Wallis et Futuna
Contact
Adhérer au SNALC
Détachés
CANOPE
CNED
Ecoles Militaires
Etranger
AEFE
Expatriés
Recrutés locaux
Résidents
Autres pays
Andorre
Monaco
Autres réseaux
Ecoles Européennes
MEAE
Mission Laïque
Outremer
DOM
Guadeloupe
Guyane
Martinique
Publications
Nos articles

Néo contractuels enseignants : la grande désillusion

© FreshSplash

Ils constituent les parents pauvres de l’Education nationale par leur statut précaire. Pourtant, lors de la rentrée 2022, le ministère leur a fait les yeux doux pour pallier la pénurie des professeurs : 4500 enseignants contractuels ont été recrutés à cet effet, ils représentent 1% des enseignants du premier degré et 8% des enseignants du second degré.

Pourquoi sont-ils courtisés ainsi : organisations de job dating comme les speed dating pour les célibataires en mal d’amour ? Nous sommes dans le cas présent en mal d’enseignants…Qui l’eût cru ? En 2023, notre statut n’est plus enviable et notre profession décriée en raison des conditions de travail dégradées. Ils constituent une main d’œuvre meilleur marché que les titulaires, ne bloquent pas les postes et sont déplaçables comme des pions sur un échiquier.

Attirés par ces offres d’emploi alléchantes, certains enseignants ont candidaté, sûrs de pouvoir bénéficier d’un emploi socialement gratifiant et d’une formation, proposée à grand renfort de publicité, mais le désenchantement et la déception ont vite pointé, comme en témoignent les articles parus dans la presse.

Encore une fois, le grand battage médiatique n’a pas été suivi d’effet : absence des formations promises ou formations insuffisantes (trois ou quatre jours), suspicion des parents face à des enseignants « au rabais », non titulaires.

LE SNALC DETOM réclame pour les enseignants contractuels un plan de titularisation avec des concours réservés, prenant en compte l’expérience et l’ancienneté acquises.

Ces enseignants se sont retrouvés « fort dépourvus quand la bise fut venue ».  On leur a vanté le côté plaisant de l’aventure, en réalité, ils ont vite été confrontés à la réalité du terrain et à une impréparation évidente. Ils ont fait les frais d’une improvisation permanente, destinée à combler les lacunes du système.

Dans ces conditions, comment peut-on proposer des formations express, à destination de futurs enseignants ? On assimile les professeurs contractuels à des garçons de café, corvéables à merci et disponibles de suite.

LE SNALC DETOM revendique une offre de formation solide, rémunérée et un tutorat pour les débutants.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi